Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'archipel de Tharen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 19/08/2016
Lieu d'origine : Marquisat de Hyi (Tharen)

MessageSujet: L'archipel de Tharen   Mer 5 Avr - 9:27

L'ARCHIPEL DE THAREN


POSITION GEOGRAPHIQUE

Au sud d'Irracya, certaines îles longent les côtes dalentiennes. Les îles méridionales (les Astriones), connaissent un étrange phénomène de nuits rouges en hiver. L'île principale, qui a donné son nom à l'archipel, est comme certaines de ses voisines, bordée de mangroves et d'un bayou qui émiette sa côte occidentale. L'estuaire du Ternier, le principal fleuve de Tharen dont les rives sont chevauchées par Cestra (la capitale thare), est particulièrement turbide, à l'image des embranchements plus petits du fleuve. Certaines îles, transformées en marais salants, sont du pourpre si prisé des habitants. Il est bon de rappeler toutefois que certaines colonies de Tharen vont jusque dans les terres.

FAUNE & FLORE

Les îles de l'Archipel connaissant un climat chaud et majoritairement humide, et ce tout particulièrement au niveau de leurs côtes à demi-noyées et devenues mangroves ou bayous, la faune et la flore se sont adaptés de façon surprenante aux conditions très particulières de cette région du monde : à l'instar des Hommes avec leurs bâtisses sur pioltis, les arbres (comme le palétuvier) ont développé un système de racines amphibies qui maintiennent leur base hors de l'eau pour permettre l'oxygénation de l'organisme, leur octroyant une silhouette tentaculaire qui étend son réseau de nœuds alambiqués sous des eaux traîtresses à l'égard du nageur imprudent et protègent les terres du plus gros des intempéries communes à ces climats. Tannes nus ou herbacés affleurent aux endroits les moins touchés par les crues et tempêtes océanes. Bien que quelques animaux (chèvres et poules) ont pu être importés sans souffrir de cet environnement, les fleuves, rivières et marais sont plus prodigues que l'élevage : ils abritent moustiques, crevettes, alligators et dauphins. Parmi les oiseaux, le mieux adapté reste sans doute le héron, qui, monté sur ses longues pattes, semble imiter le décor ambiant. Plusieurs arbres d'essence et plantes pharmacopales dont le commerce se faisait principalement avec Hyi font depuis partie des produits de luxe particulièrement prisés des autres régions. Le Ternier, fleuve rendu particulièrement opaque par les marais voisins, sert au transport de marchandises jusqu'à Cestra, centre macrocéphale de Tharen. Cet environnement, forçant la population locale à developper sa navigation, en a fait la première puissance navale d'Irracya. L'art des toiles Hyii et de leurs cerfs-volants ont aussi permis à Tharen de développer une aéronautique propre et économe en énergie, dont les fines embarcations sont aisément reconnaissables (au même niveau que le style thare tout entier est difficilement oubliable).

MÉTÉO

Variable selon la répartition des îles, au même titre que la faune et la flore. Les îles longeant la côte méridionale de Dalentour connaissent un climat particulièrement doux en hivers, mais étouffant de chaleur et d'humidité en été ; plus au sud, et la répartition des saisons humides changent pour des étés secs et lourds. Tempêtes et typhons sont dévastateurs dans ces régions, leurs effets diminué seulement par le bayou et les mangroves.

RACES

Les races autres qu'humaines sont rarement les bienvenues à Tharen : l'esclavage est fortement pratiqué, et ceux qui répugnent le plus au service des Grands de Tharen finissent le plus souvent comme chair à chimères. Quelques races, néanmoins (comme pour les elfes noirs et leur science de la manipulation organique ainsi que leurs esclaves qui sont capitaux dans la vie thare) sans être déclarées citoyennes, sont mieux acceptées. La population humaine, à l'origine semblable à celle qui peuple les rives de la mer intérieure de Dalentour, a fini par prendre toutes les couleurs de l'opposition au régime dalentien.

CULTURE

Histoire et relations

Que dire d'autre de l'histoire et de la géopolitique de Tharen qu'en les qualifiant tout simplement de houleuses ? Ce serait peut-être se trouver trop loin encore de la vérité ; la métaphore juste serait celle des typhons qui viennent parfois frapper l'Archipel. Ses bois d'essence rares et autres plantes atypiques propres à l'écosystème favorisant un commerce florissant ajoutés à son isolement du continent ont rapidement fait sentir à Tharen que son appartenance à l'Empire se faisait à son désavantage au profit de provinces aux sols moins généreux. Les Thares ont, au sujet du nouveau monde, toujours nourri une curiosité dévorante, les Astriones étant au plus près de celui-ci et revêtant de ce fait une toute nouvelle importance. Au delà de la simple conquête, le désir qui dévore les Thares quand ils tournent leurs regards vers le sud est d'ordre métaphysique, car c'est à lui qu'ils doivent leur ciel rouge au moment du solstice et qui rempli leurs légendes.

Valeurs



  • L'individu prime sur tout, et sa personne dans sa corporalité est sacrée. Toucher un ou une Thare sans sa permission explicite est criminel et punissable. Les sanctions portent néanmoins rarement atteinte aux corps et relèvent le plus souvent du déclassement social ; en de très rares occasions, déclassement ultime, le corps peut être touché d'un emprisonnement suprême et servir de matière à la création d'une chimère. Le corps en tant que possession personnelle est à ce point révéré qu'il est habituel de passer plusieurs heures par jour à son soin. La perfection de la physionomie humaine est cultivée en concurrence à celle des autres races de Feia. Grands amateurs de défis personnels, les Thares sont redoutables dans leurs domaines d'activité : leur vie toute entière se construit autour des buts qu'ils se sont donnés (vus comme le plus droit chemin vers l'épanouissement personnel), relations comprises. Leur ego est donc facilement heurté par un reproche fait à leur travail, vécu comme une atteinte personnelle. Chacun s'occupe de sa famille (nucléaire) et de lui-même, de la façon dont il l'entend (tant que cela ne va pas empiéter sur la liberté de son voisin), ainsi les relations professionnelles sont extrêmement codifiées et vont dans le sens de la recherche d'avantages réciproques. Les titres tels que les diplômes ainsi que toute propriété sont autant de marqueurs d'importance individuelle, perçus comme des prolongements de soi.

  • L'Archipel de Tharen se caractérise par une forte disparité entre ses citoyens, venant d'une importante reproduction sociale. Tharen est une société de l'héritage qui nie l'importance de ce dernier, préférant arguer que l'individu seul est responsable de son devenir, et naît (dans le cas des citoyens) libre. Ceux qui auraient moins de moyens sont vus comme ceux qui n'ont pas su mettre en place les habiletés nécessaires pour y parvenir, et ont donc moins de mérite. L'échelle des salaires est très étendue : il est symboliquement lié à la valeur individuelle ainsi qu'à l'autorité à laquelle on est en droit d'aspirer. Un rapport de castes pyramidal complexe et très attaché aux privilèges s'est mis en place.

  • La concurrence est de mise à Tharen, dont tous les citoyens sont rivaux dans leur grande quête d'épanouissement. C'est la logique de l'affrontement qui domine : entre Thares, on résout ses conflits de façon frontale : on préfère inciser l'abcès plutôt que le laisser s'enkyster. Le compromis est mal perçu, et dans les accords, la course à la victoire est souvent de mise. Pour un Thare, il n'y a pas d'accord s'il n'y pas un vainqueur et un perdant. Le faible s'efface par sa défaite, jamais par affabilité. L'homme de Tharen fait aussi concurrence aux autres races, cultivant quand il le peut ses spécialités jusqu'à en égaler parfois certains elfes. Il tend à pousser si loin sa passion de la magie ou des armes que les corps armés de l'Archipel peuvent aisément faire face à ceux, mieux fournis, de l'Empire dont il est issu. Le commerce et la marine sont deux autres grands sujets qui éveillent les passions au plus profond des cœurs thares.

  • La femme de Tharen n'est pas pensée autrement que dans le projet eugénique de l'Archipel qui vise à l'élaboration d'une humanité parfaite capable de lutter sur un pied d'égalité contre les autres races. Sont but est rarement plus que reproducteur. Aussi, tout mariage est pour la vie et l'époux doit subvenir autant aux besoins de sa femme que de ses enfants (rarement plus de deux), alignés l'une et les autres au même niveau.

  • En résultat, la vie dans l'Archipel prend vite des aspects de jeu où le risque est constant et bien accepté, ce qui est rarement bien le cas des étrangers de passage. Les initiatives personnelles et l'importance de l'individualisme font qu'un grand nombre d'originalités sont acceptées entre citoyens.

  • L'hospitalité thare est néanmoins proverbiale : la propriété privée étant perçue comme un prolongement de leur personne, les voir ouvrir leur porte à un frère humain pour lequel un couvert supplémentaire est toujours servi et une tasse près du samovar toujours sortie, impressionnera facilement l'étranger (qui repartira rarement les mains vides).

Symboles



  • L'architecture commune dans l'archipel emploie peu de matériaux faits pour survivre longtemps aux passages du temps : le bois, l'argile tirée du limon et les toiles cirées sont à l'honneur au plus près des côtes, dans les bayous et mangroves. Généralement montées sur pilotis, ces habitations ont rarement plus d'un étage, et voient leur toit agrémenté de petites tuiles légères au vert profond. Elles s'organisent autour d'un foyer central, le samovar (un poêle où s'imbrique une bouilloire qui infuse divers mélanges tout au long de la journée, maintenu continuellement prêt à être servi et aussi richement ornementé que ses propriétaires sont argentés). Les pièces, garnies de façon confortable, se modulent en fonction de l'heure de la journée et des besoins de la maisonnée par un système de tentures. Cette construction permet, en cas de catastrophes fréquentes, de diminuer les dégâts humains et de vite reconstruire. La magie étant très présente et le climat relativement chaud, ces lieux de vie sont rarement difficiles à vivre et tendent plutôt à être luxueusement fournis. Les tentures imbibées de magie créent des espaces isolés de l'extérieur. À l'image de leurs habitants, ces yourtes se vêtissent en fonction seulement de l'imagination et des moyens de leurs propriétaires de matières et de couleurs diverses. La nuit, éclairées de l'intérieur, ces gers paraissent orner les arbres d'imposantes lanternes de tissus. Les gers de Cestra sont marqués par les importations étrangères et n'emploient les toiles que sur une partie de leur construction dont les murs bombés à la charpente apparente sont aux couleurs des argiles de l'année de leur édification. Étages et sous-sols sont plus courants à la capitale, et les lieux de vie sont plus proches les uns des autres.

  • En matière d'habillement,les citoyens thares cèdent les rennes à leur imagination. Tout ce qu'ils peuvent s'offrir, libre à eux d'en agencer la présentation. Le noir seul est exclu de leur habillement, réservé aux esclaves dont les tenues sobres et unisexes accentuent et découpent les silhouettes chamarrées des maîtres dans la masse des esclaves et serviteurs (aux uniformes généralement bleu marine, et aux coupes genrées). Les coupes de cheveux suivent les mêmes schémas.

  • L'animal héraldique de l'Archipel est le poisson volant. Son drapeau est une étoile rouge dont le nombre de branche correspond au nombre d'îles composant l'Archipel, encadrée de trois triangles blancs équilatéraux, sur un fond bleu.

Rituels



  • Les élections ne concernent qu'une petite fraction de la population citoyenne : celle qui est vue comme savante, ce qui se défini comme celle qui a eu les moyens d'accéder aux diplômes et aux titres demandés. Cela explique aussi en grande partie l'âge relativement avancé de la frange de population habilitée à voter, soit rarement en-dessous de 35 ans. Certains diplômes ayant plus de valeur que d'autres, ceux-ci permettent de donner plus de poids au vote de son possesseur et tendent à se léguer. Est ainsi élu pour un mandat de 3 ans le Triumvirat qui représentera et gèrera pendant cette période la partition des pouvoirs judiciaire, législatif et exécutif.

  • Il va de soi que l'environnement social privilégie l'éducation des progénitures aux parents les mieux placés, qui en conservent souvent les idées après s'être détachés de l'école obligatoire jusqu'à 12 ans. Après 12 ans d'une éducation publique, l'adolescent ne reçoit plus que la formation de ses parents ou payée par ceux-ci. Nombre d'enfants de familles modestes, passé cet âge, vont vers la vie professionnelle (le plus souvent de petit boulot en petit boulot). Le fonctionnariat étant inexistant et les entreprises trop massives pour que les patrons ne s'attachent à leurs employés, les places les plus stables où ces jeunes se réfugient le plus souvent sont en bas des échelons de la police (dont les actions sont particulièrement règlementées), les pompiers (où les plus hauts gradés sont moins systématiquement issus des couches hautes de la société), l'armée ainsi que dans les entreprises qui leur sont affiliées.

  • Le surnom thare s'acquiert avec les premiers contacts avec le monde politique. Il peut avoir connu une forme préparatoire non-officielle dans la famille avant d'avoir été validé par les institutions. Il est une première marque de valeur, et se donne volontiers aux marchands et mercenaires étrangers. Si un Thare vous désigne d'un surnom, sachez qu'il a nécessité une réflexion aussi longue que s'il avait cherché à nommer son enfant, et qu'il vous trouve digne de commercer régulièrement avec lui, en tant qu'ami ou en tant que rival. Le surnom tare viendrait à l'origine de sa forte concentration de mages qui étaient amenés à cacher leur véritable nom à leurs potentiels adversaires. L'offrir à un rival ou une personne chère est donc un profond signe de respect, que celui-ci soit porteur de connotations positives ou négatives.

  • La presse a pu se développer dans ce terreau qui apparaît comme le plus adéquat à sa croissance. Bien que chacun des Grands de Tharen a son organe de presse personnel, on note une forte prolifération d'indépendants qui sillonnent Feia toute entière pour satisfaire les besoins d'information de leurs concitoyens.

  • Les outils de communication personnels sont privilégiés par rapport à ceux à longue portée, mais à destination plus publique. Il est d'une impolitesse crasse d'épier quelqu'un recevant ou envoyant un appel, néanmoins des procédés existent pour placer sur écoute (en usage dans l'espionnage commercial, par exemple).

  • Un réseau de routes à péages et de transports privés sillonnent l'Archipel en continu. La sinuosité et l'étroitesse de ces routes empêchent la mise en place de transports plus publics par les terres. Les contacts entre Thares sont de ce fait extrêmement plus réduits qu'à Dalentour, et bien plus choisis que ces derniers; néanmoins, les cargaisons marchandes parvenant essentiellement à Cestra par voie fluviale, celles-ci ne rencontrent pas d'embûche particulière à leur acheminement, en dehors des pirates. Les péages marquent les entrées sur les terres possédées par les différentes entreprises.

  • La magie prime, où que l'on pose le regard. Elle est tout particulièrement utilisée en soutient sur soi-même (ainsi que bon nombre de drogues et de potions) en prolongement de capacités existantes pour permettre à son utilisateur de se dépasser, mais surtout de dépasser les autres. Les modifications physiques dues à la magie sont courantes.

  • Les exosquelettes thares ont réussi à atteindre une telle perfection dans cet esprit qui a su fournir le vivier nécessaire à de telles prouesses : plus imposants et bien plus lourds en cas de panne que ceux de Dalentour, ils permettent néanmoins d'atteindre des aptitudes physiques ou magiques parfois bien supérieures à celles des autres races anthropomorphes. Leur usinage utilise l'énergie hydraulique aux embranchements du Ternier. D'autres objets prothétiques sont aussi disponibles, à la grande joie des relayeurs.

  • Les festivités de la nuit rouge ont lieu en hiver, tout le temps que le ciel nocturne, aux heures qui auraient dû être les plus noires, se colore de notes rouges. Elles annoncent le solstice d'hiver (dont l'incidence nycthémère est peu perceptible à cette distance de l'équateur) et les mages, plus ou moins jeunes, en profitent pour monter de grandes réceptions souvent débridées et aux allures de carnaval. Le phénomène de nuit rouge est plus marqué aux abords des Astriones et vient du rayonnement de l'étoile du sud, encore inconnue des habitants de l'hémisphère septentrional car invisible depuis celui-ci.

  • La récolte du limon du Ternier se fait quand l'eau du fleuve a retrouvé sa clarté après une saison particulièrement turbide. Il est employé en agriculture, en médecine, et est le matériau principal des édifices de la capitale. Sa récolte, bien que pénible, est sacrée et est maintenue hors de portée des esclaves. La qualité du limon et de l'argile récoltés augure une saison de bonheur à venir. On note une baisse progressive de sa qualité depuis la construction des premières propriétés, soulignant l'avantage des anciennes familles sur les plus récentes.

  • La justice relève presque du cas par cas, et est de ce faite extrêmement lente à clore les dossiers si le rapport de classe entre l'accusation et la défense n'est pas fortement déséquilibré. Les peines vont du dédommagement monétaire au servage de l'individu auprès de la partie lésée.

  • Les esclaves et leur trafic sont au cœur de l'économie thare et servent de menace pour décourager ceux tentés de commettre une quelconque infraction. Leur omniprésence font un rappel constant de ce bien précieux et fragile qu'est la liberté.

Héros



  • Le rebelle
  • Le self-made man
  • Le libertin
  • Le conquérant

NOTES SUR LES COLONIES

Marquisat de Hyi:
 

C'est quand on voit les Thares à Tharen que l'on comprend pourquoi ils ont quitté l'Empire : Dalentour assaille les sens. Elle ne laisse jamais un temps de repos à l'esprit et aura toujours un son, une image, une odeur avec lequel l'assaillir. Pour un Thare, c'est impensable, tout autant que leurs combats dialectiques sont impensables pour un Dalentien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'archipel de Tharen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Quête FB] L'or de l'Archipel Vert
» Archipel [RPG]
» Archipel
» Nirn
» Cecilia Von Beliefeld

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Présentation :: Le Monde de Féia :: Contrées-
Sauter vers: