Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Syriadel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Syriadel
Réincarnation supposée d'Axarya
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 01/10/2017
Age : 24
Lieu d'origine : Le vaisseau de la Secte. Sinon, errante.

MessageSujet: Syriadel   Jeu 5 Oct - 14:57

Syriadel

Réincarnation supposée d'Axarya



Surnom : Tous ses amis l'appelaient "Syri". Parfois Syssi mais elle a un peu de mal avec celui-là
Âge : 22 ans
Sexe/genre : Femelle
Orientation sexuelle/romantique : Bi
Race : Farïd


Personnalité


Caractère : Syriadel a été élevée pour être la représentation parfaite d'Axarya. En tant que réincarnation de la déesse de la Colère, elle est avant tout très susceptible et colérique. Pour un oui ou pour un non, elle peut s'énerver. Même quand vous la bousculez sans le faire exprès, elle bouillonne de rage. Avec du recul, elle se dit qu'elle devrait faire un effort car sa malédiction lui joue de très mauvais tours dans ces situations. Mais c'est toujours plus fort qu'elle. Elle essaye de ne pas s'attacher aux gens pour ne pas les blesser, voire de les tuer, mais elle a tellement besoin d'affection qu'elle en oublie ce principe.

Malgré la mauvaise âme qui l'habite, Syriadel sera prête à massacrer ceux qui blessent ses amis. En dehors de sa violence, elle est complètement folle des créatures mignonnes, surtout des bébés animaux. En revanche, elle a horreur des bébés des autres espèces à cause de leur laideur et de leurs cris. C'est une personne qui rit de tout et qui n'est pas contre le fait de boire un verre. Ses plus grandes passions restent le chant et la danse, deux arts que lui ont enseignés des adeptes de la secte. Si elle doit deux choses envers elle, c'est bien ceux-ci. Syriadel se montre fière quand elle parle de ses passions et demande toujours à faire une démonstration. Gare à celui qui refuse car cela pourrait être ses dernières paroles ! Ces arts lui ont sauvé plusieurs fois la vie. Perdre ses jambes et sa voix seraient terribles pour elle.

Syriadel adore la liberté et vit sans lois. Elle prend plaisir dans la découverte de nouveaux lieux et s'émerveille devant tout. Sa vie sur le dirigeable l'a privée des beautés du monde et elle se rattrape. Elle paraît immature à force de se laisser porter par ses émotions. Il est vrai qu'elle se comporte comme une enfant et qu'elle aime jouer sans se soucier de ce qui l'entoure. Parfois, elle a besoin d'être maternée mais elle ne l'avouera jamais.

Syriadel ne croit pas être une réincarnation d'une déesse disparue. Toutes ces légendes ne sont qu'un pur délire sectaire. Elle est persuadée que ses ancêtres avaient provoqué les dieux et que leur descendance a été maudite. Pour en avoir le cœur net, elle aimerait remonter jusqu'aux racines du mal mais elle a peur de ce qu'elle peut découvrir. Car, en réalité, une autre partie d'elle croit en ces histoires d'Axarya.

Physique : Hormis les trois queues, Syriadel ressemble trait pour trait à la déesse Axarya. Bien sûr, elle pense qu'il s'agit d'une pure coïncidence. Mais si vous la comparez aux illustrations dans les livres ou aux gravures dans le dirigeable, vous y verrez le même feu qui brûle dans son regard d'ocre lors de violentes colères. Ses yeux ne sont pas insoutenables comme ceux de la déesse mais sa rage peut l'égaler. D'un bleu acier, son pelage est orné d'une couleur azur qui recouvre ses yeux comme un loup. Elle borde aussi l'extrémité de ses oreilles et étouffe les poils d'un jaune mimosa qui se réfugient à l'intérieur. Cette couleur prend sa revanche sur son long toupet, ne laissant que de la place à l'azur sur ses racines, et asperge son abdomen. Syriadel se couvre la poitrine qui attire le regard par sa lumière que par ses formes menues. Elle n'apprécie pas cette couleur qui éclate sur ses jambes, ses bras et sa queue, comme si un peintre avait lancé sa peinture sous la colère après avoir raté son tableau. Mais elle ne dissimule pas ses membres car elle veut de la liberté dans ses mouvements. Elle n'est habillée que d'un short et d'une chemisette. Ses vêtements sont toujours foncés pour compenser avec la clarté de ses poils jaunes.

Syriadel est de petite taille et ressemble à une adolescente. On a du mal à croire qu'elle est adulte. Elle se vexe quand on l'appelle "petite" ou "fillette" mais ne tient pas à faire son âge. Combler des manques pour des artifices, ce n'est pas son genre. Son unique queue ne révèle aucune aptitude en magie, du moins, pas un grand niveau.
Point(s) fort(s) : Féroce et persévérante
Point(s) faible(s) : Physiquement faible et irréfléchie au combat


Histoire


Famille : Elle ne considère personne comme sa famille, même si elle a été élevée par la secte.
Lieu d'origine : Elle a grandi sur le dirigeable de la secte. À l'heure actuelle, elle voyage partout.
Passé :

Un bébé farïd pleurait devant les portes du temple d'Arielle. Alertés par ses cris, des prêtres le firent entrer au plus vite afin de le protéger de la tempête qui se levait. Il n'y avait aucune surprise dans leurs regards. Après tout, les mères malheureuses abandonnaient souvent leurs enfants devant les portes de la déesse de la maternité. Généralement, ces bébés venaient de femmes n'ayant pas les moyens de s'en occuper ou étaient conçus lors d'un viol. Pour ces petits êtres, le seul refuge était les bras d'Arielle.

La petite Farïd grandit dans l'orphelinat qui se rattachait au temple. Bien entourée, elle était néanmoins très renfermée. Syriadel ne se rappelle pas de cette période de sa vie mais elle se souvient très bien d'une rencontre qui l'a changée. Alors qu'elle s'amusait dans la neige, trois hommes l'interpellèrent. La fillette, qui s'était vautrée dans la poudre blanche, leva la tête et recula brusquement. Devant elle se tenaient des humains. Elle les fixa comme s'ils venaient d'une autre planète, comme s'ils étaient une espèce légendaire. Les humains n'existaient que dans les histoires. Les trois hommes la flattèrent et lui parlèrent avec tendresse. Comme ils ne semblaient pas dangereux, le petite répondit à leurs questions avec enthousiasme. À la fin de la conversation, ils lui proposèrent une famille, un toit où elle serait chérie. Ce que les prêtres d'Arielle lui avaient promis lui arriva alors. Folle de joie, la fillette accepta et prit la main que l'un d'eux lui tendit.

Les trois humains l'emmenèrent dans un grand dirigeable où on l'accueillit comme si on n'avait attendu qu'elle. Un vieil homme la prit sous son aile et lui apprit qui elle était. Il montra des gravures d'une déesse sur les murs. Il lui enseigna son histoire. Cette divinité, en proie à une rage incontrôlable, avait été tuée par sa sœur jumelle. On lui avait donné une seconde vie et elle était revenue sous une forme mortelle. Cette forme n'était autre que la fillette que les trois hommes avaient trouvé dans la neige. La petite l'écoutait avec des étoiles dans les yeux, excitée à l'idée d'être quelqu'un de très important. Désormais, elle ne serait plus une enfant comme les autres, elle serait traitée comme une déesse. Et elle porterait le même nom qu'elle. Axarya.

Gâtée et adulée, Axarya grandit sans mettre un pied à terre. Son enfance se déroulait dans les airs et se résumait à imiter la déesse qu'elle incarnait. Tout comme les adeptes, elle croyait qu'elle deviendrait cette divinité disparue. Qu'elle ne pourrait plus mourir. Qu'elle rejoindrait sa véritable mère, la déesse Arielle. Mais son enfance était troublée par la terreur. Il lui arrivait de mordre ou de griffer des hommes jusqu'au sang, de briser des étagères entières de vaisselles et de déchirer des livres. Et pourtant, elle ne se souvenait pas d'avoir commis de tels actes. On la rassurait sans cesse, on lui disait que c'était le poids d'un immense héritage. Axarya criait qu'elle ne voulait pas de ça, qu'elle ne voulait faire de mal à personne mais les adeptes lui répétaient que c'était le prix à payer pour rejoindre sa mère.

Quand elle entra dans l'adolescence, Axarya comprit qu'elle vivait dans la folie des adeptes. Elle désirait de plus en plus quitter le dirigeable pour parler aux gens qui vivaient sur terre mais on lui interdisait. Selon eux, une déesse ne devait pas marcher parmi les mortels. Axarya pleurait tous les soirs. Autour d'elle, elle ne voyait que faux amour et égoïsme. Elle était tenue prisonnière et elle n'avait aucun ami. Elle n'avait personne à qui se confier. Elle tentait plusieurs fois de s'échapper mais on la rattrapait toujours et la surveillance sévissait. Axarya ne vit qu'une seule et dernière issue. Alors que le dirigeable flottait dans les cieux, elle sauta dans l'espoir de mettre fin à ses jours. Mais le hasard en décida autrement. Axarya rencontra la voile d'un bateau, ce qui amortit sa chute.

Elle se réveilla dans un lit. Une Farïd aux poils dorés se tenait à ses côtés, heureuse et surprise à la fois qu'elle eut ouvert les yeux. Selon l'inconnue, elle avait dormi pendant des semaines. Le bateau sur lequel elle avait atterri avait perdu de l'altitude à cause de la voile déchirée mais il était de nouveau prêt à voler. La Farïd annonça son réveil à l'équipage. On lui demanda son nom. La jeune fille tombée du ciel s'appelait Syriadel. Axarya n'était qu'un lointain passé qui la rattraperait pourtant.

Syriadel vécut parmi l'équipage. On lui apprit à se servir d'une épée et elle aimait défier Sriva, la Farïd dorée. Mais jamais elle ne l'égalait. Le mécanicien lui enseigna un savoir qu'elle avait toujours rêvé d'obtenir : toucher aux machines et piloter des engins. Ses premières colères éclatèrent et Syriadel se réfugiait dans un coin pour pleurer après avoir blessé quelqu'un. L'équipage arrivait néanmoins à la contrôler mais certains parlaient de l'abandonner avant qu'elle ne commette l’irréparable. Sriva s'y opposa farouchement et laissa Syriadel pleurer dans ses bras. Elle apprit tout de son amie et lui promit de ne rien lui révéler. Allégée d'un poids, Syriadel l'embrassa et dormit le soir même dans le lit de Sriva.

Un soir, tout s'arrêta. Le vaisseau croisa la route de pirates. Impuissant, l'équipage mourut dans les flammes. Sriva emmena Syriadel vers un bateau de sauvetage et échappa à l'attaque ennemie. Malheureusement, elles furent touchées et se perdirent dans les nuages avant de s'écraser sur terre. Lorsque la Farïd bleue se réveilla, elle vit son amoureuse inconsciente et ensanglantée. Des Nains entendirent ses cris de détresse et de désespoir. D'abord furieux de voir deux inconnues sur leur archipel volant, ils eurent pitié des deux jeunes filles et les hébergèrent. Pleine de reconnaissante, Syriadel les aida dans leur ménage. Elle se lia d'amitié avec le fils aîné, Radduck, avec qui elle découvrait d'autres compétences technologiques. Le Nain l'appréciait beaucoup malgré les distances qu'elle imposait. Il la taquinait en lui disait qu'elle était sa renarde de compagnie. Parfois, il lui arrivait de l'appeler petite sœur. Radduck s'entraînait avec elle et lui donnait des conseils. Après ses séances d'entraînement, Syriadel s'asseyait au chevet de Sriva.

Mais Sriva ne survécut pas. Le père annonça la nouvelle et Syriadel vit son monde s'écrouler. Elle rejeta l'étreinte de Radduck et repensa à l'attaque, aux monstres qui lui avaient enlevé sa bien-aimée. Elle plongea dans une colère noire et attaqua le vieux Nain. Quand elle se réveilla, elle était derrière des barreaux. Radduck la regardait avec tristesse et incompréhension. Mais il devint furieux quand elle répéta qu'elle ne se souvenait plus de ce qui s'était passé. Elle lui jura que ce n'était pas elle qui avait attaqué son père. Radduck disparut sans dire un mot, laissant Syriadel dans l'attente de son jugement. Mais son ami revint le lendemain et lui déclara qu'il la croyait grâce à tous les signes de son comportement distant. Il la libéra et l'emmena vers un vaisseau. Le cœur déchiré, Syriadel lui dit adieu et s'envola.

Elle se posa sur le sol de l'Empire, un sol qu'elle avait toujours rêvé de fouler. Pendant des semaines, elle oublia sa peine et visita les environs. Mais un jour, alors qu'elle allait de boutique en boutique, son vaisseau disparut. Perdue et désespérée, elle récolta un peu d'argent en chantant dans les rues. Le peu qu'elle gagnait lui permit d'avoir un lit et un repas par jour. Un après-midi, elle se donnait en spectacle sur une grande place et un humain s'arrêta pour la regarder pendant une bonne heure. Personne ne l'avait écoutée aussi longtemps. Intriguée, Syriadel lui demanda s'il était perdu. Il répondit que non, bien au contraire, il avait trouvé ce qu'il cherchait. Il l'invita à boire un verre et lui expliqua pourquoi elle le fascinait. Il s'appelait Phinéas et jouait du piano à la Machine Infernale, un cabaret. Ils parlèrent de musique pendant de longues heures et Syriadel le suivit jusque chez lui. Elle ne le quitta plus depuis.

Syriadel et Phinéas formaient un beau couple de musiciens et d'amoureux. Leurs prestations attiraient du monde et leur permettaient de vivre. La danse de la Farïd ensorcelait des hommes qui n'hésitaient pas à le lui faire savoir. Fou de jalousie, Phinéas se disputa avec elle, une fois chez eux. Les cris explosaient et quand l'humain gifla Syriadel, cette dernière se réveilla les mains en sang, aux côtés du cadavre de Phinéas. Horrifiée, elle quitta la maison et se dirigea vers les falaises. Elle en avait assez de cette malédiction et se savait condamnée à blesser ou tuer tous ceux qu'elle aimait. Syriadel sauta dans la mer et disparut dans les vagues. Mais la mort ne vint pas. Des marins la sauvèrent et ne surent jamais ce qui lui était arrivé. La Farïd ne les remercia pas et regagna la terre.

Syriadel erra dans l'Empire avec des pensées noires plein la tête. Finalement, elle refusa de se laisser abattre et décida de ne plus s'attacher à personne. Elle construisit un vaisseau qui n'abriterait qu'elle et qui l'emmènerait sur tout Féia. Son projet achevé, elle inaugura un premier vol en allant vers Enarida. Malheureusement, elle n'avait pas pris assez de provisions et arriva sur les terres nouvelles, affamée et épuisée. Elle accepta l'hospitalité des elfes de la jungle à contrecœur. Chez eux, elle rencontra Corym, un vieux sage qui avait perçu ses mauvais sentiments. Il lui dit qu'une colère dévastatrice grondait en elle et ne cherchait qu'à faire le mal. Syriadel lui parla de la malédiction mais avoua qu'elle avait abandonné toute idée d'y faire face. Corym insista pour qu'elle se batte et lui fit promettre de chasser le mal qui pesait sur ses épaules.

À ce jour, Syriadel tient encore sa promesse.


Autres informations


Arme(s) et équipements : Syriadel possède un bateau doté d'ailes de toiles qui battent comme celles d'une libellule. Elle dort dans une petite cabine suffisamment grande pour lui servir de chambre. L'avant est muni de leviers et d'une barre pour diriger le vaisseau.

Syriadel possède une rapière et ne la quitte jamais. On se demande même si elle ne dort pas avec.
Pouvoir(s) : Syriadel n'est pas magicienne mais elle est atteinte d'une malédiction liée à la déesse Axarya. Quand elle se met en colère, elle rentre dans un état meurtrier. La malédiction s'avère imprévisible. Syriadel peut être touchée quand elle s'énerve pour un détail, dans d'autres situations, non.

Syriadel a des compétences d'Ingénieur qu'elle a acquises au cours de sa vie, auprès de spécialistes ou par elle-même.
Passions : danser, chanter, voyager, les bébés animaux, dormir
Aversions : qu'on lui dise de se calmer, sa malédiction, les bébés, perdre, les sectes, la religion en général
Position vis-à-vis des terres sauvages : De nouvelles terres à explorer
But : Lever la malédiction.



Vous

Pseudonyme : Draiko ou Pinpix. Une des admins, quoi
D'où vient votre avatar ? Je l'ai trouvé sur un site d'avatar
Autre(s) compte(s) sur Féia :Cirrus et Siiko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Syriadel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Présentation :: Les Personnages :: Fiches acceptées-
Sauter vers: